Avec ou sans bruits parasites

"Un réseau de plus en plus serré de distractions et d’occupations vaines"

Tag: Social software (page 1 of 2)

Mes prophéties sur le collégien du futur

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

John William Waterhouse - The Crystal Ball
J’avais promis dans un précédent billet de commenter rapidement mes prophéties sur le collégien du futur. Je l’avoue, c’était une promesse de Gascon (une spécialité locale ici 😉 ) ; sept mois plus tard, les bribes de ce billet de commentaire restaient paresseusement alanguies dans mon moleskine et, comme personne ne s’en était ému, moi aussi je jouissais avec indolence de cette impunité. Mais voici que quelqu’un a lu mon billet et fait remarquer que j’ai manqué à ma parole ! Je suis pris la main dans le sac et comme le sycophante n’est autre qu’Eric Delcroix dont je suis les publications depuis… longtemps… je ne pouvais plus ne pas publier ce billet. Le voici donc remis à jour aujourd’hui.

Nous sommes en effet à mi-parcours (ce texte d’avril 2006 essayait d’imaginer ce que serait la vie d’un collégien 10 ou 15 ans plus tard). Dans quelle mesure la vie d’un collégien de 2014 correspond-elle à ce que j’avais imaginé ? Une des prophéties s’est assurément réalisée (mais sur celle-ci je n’avais guère de doutes) : mon fils est entré en 6ème cette année et je me trouve donc avoir un spécimen de collégien tout frais à examiner.

NB : Il ne s’agit pas de savoir si j’avais raison, si « j’avais vu juste ». Ce point n’est pas très important (sauf si un jour j’envisage de m’installer comme voyant ; dans ce cas mes lecteurs seront les premiers informés, naturellement 😉 ) d’autant que je n’aurais pas la prétention de soutenir que mes propositions étaient très originales. Il est plutôt question de savoir si le numérique et ses usages par les jeunes ont évolué comme on pouvait le prévoir alors ou si des révolutions inattendues ont eu lieu en ce domaine.

Ce qui s’est confirmé

En premier lieu, il faut reconnaître que les smartphones se sont généralisés (le premier iphone est sorti presque un an après la publication de mon billet. Essayez de vous souvenir de ce qu’était un smartphone en 2006… Un article de décembre 2006 donne le top 3 des smartphones de l’année : le Nokia E61 (voir photo), le Blackberry Pearl 8100 et le Motorola MING A1200). Désormais, à peu près tous les téléphones mobiles ont les fonctionnalités que j’évoquais : navigation web, fonctions multimédia etc.

Nokia E61 fr
De même les fonctions de géolocalisation sont maintenant largement disponibles sur les terminaux et des applications en tirent profit pour proposer des notifications liées au lieu où se trouve l’utilisateur : on pense évidemment à Foursquare, qui envoie des notifications sur les contacts qui sont à proximité, sur les offres des commerçants proches, sur les commentaires associés à un lieu. Cet exemple est le plus caractéristique et le plus proche de ce que j’évoquais (le téléphone indique à Théo qu’un de ses amis est à proximité) mais on peut aussi penser à la légion d’applications qui permettent de trouver les (restaurants|musées|toilettes|…) les plus proches de l’endroit où on se trouve ou qui utilisent la géolocalisation pour apporter des informations sur un lieu (certaines applications de réalité augmentée, guides de musées…) Je peux même régler mon téléphone pour que le réveil ne sonne que quand je suis dans un lieu donné !

Un autre point est confirmé, c’est l’importance qu’a conservé le papier dans le travail du collégien :

Le cartable d’un collégien sera beaucoup plus léger, dans dix ans ; il lui servira à transporter quelques feuilles de papier et de quoi écrire, mais son instrument le plus important sera son téléphone portable.

Et même, contrairement à ce que j’avais imaginé, les élèves de collèges n’en sont pas à prendre des notes sous forme numérique en classe et les cartables ne sont guère plus légers qu’ils n’étaient à l’époque.

De même, l’évolution de l’utilisation du courrier électronique est à peu près celle que j’avais dite : les jeunes utilisent très peu, et de moins en moins, ce moyen de communication et ils le perçoivent comme un « truc de vieux ». Les exemples sont nombreux :

  • La société Atos, sous l’impulsion de ses jeunes salariés (son personnel est en grande partie constitué de consultants en début de carrière), a décidé en 2011 de supprimer tous les courriels internes avant 2014 ; un réseau social d’entreprise a été mis en place pour remplacer cet outil. Même s’il semble que ces ambitions aient été fortement revues à la baisse depuis, cette annonce montre bien la vigueur de la tendance contre le courrier électronique dans notre société.
  • Un enseignant mon confiait un jour que lorsqu’il cherchait à obtenir les adresses électroniques de ses élèves, beaucoup n’en avaient pas ou ne les consultaient pas. Pourtant, comme il le fait remarquer, tous ou presque sont utilisateurs de Facebook et cette plateforme nécessite une adresse email pour créer un compte (et c’est même cette adresse qui est utilisée comme identifiant de connexion).

Il est vrai que les courriels ne sont pas devenus payants. Toutefois, un hébergeur m’a dit, il y a déjà quelques années, que la gestion du courrier électronique constituait la première source de coût pour son entreprise (gestion des serveurs exigeant une puissance de calcul et un espace de stockage de plus en plus importants, logiciels destinés à lutter contre les abus et les attaques, support utilisateur…). Thierry Venin (qui, en plus de ses innombrables qualités, a également celle d’être le directeur de l’Agence départementale Numérique 64, dans laquelle je travaille 😉 ) donne dans sa thèse de nombreux exemples du coût que représente la multiplication du courrier électronique et surtout de l’image négative qu’en ont les utilisateurs, notamment en ce qui concerne le stress au travail. Il est probable que ce moyen de communication ne soit jamais payant, simplement parce que, désormais, plus personne ne serait disposé à payer pour elle, mais il est probable qu’à moyen terme il disparaîtra dans sa forme actuelle.

Ce qui reste à venir

Il existes des applications dotées d’une certaine forme d' »intelligence ». Je pense notamment à Siri sur iOS qui « comprend » des questions en langage naturel et leur trouve une solution. Je ne connais pas Siri, mais j’ai eu l’occasion de voir un peu fonctionner Google Now. Il se comporte à peu près comme l’agent intelligent de Théo, pour certaines choses simples. Par exemple, il me dit quand je dois partir avant un rendez-vous, en tenant compte des conditions de circulation du moment, m’indique le chemin à prendre pour m’y rendre. Il fait aussi des choses encore plus « intelligentes » (et qui font un peu peur, je l’avoue) ; voici un exemple (tiré d’une expérience réelle) : pour un déplacement à Paris, je note l’heure et l’adresse de la réunion dans mon agenda Google, je réserve un hôtel sur booking.com, qui m’envoie un email de confirmation. A mon arrivée à Paris, sans aucune action de ma part (à vrai dire, je n’avais activé ce service que par curiosité, sans comprendre à quoi il servait), un message sur mon téléphone m’annonce : « Vous êtes à Paris. Vous avez réservé un hôtel pour cette nuit. Voici l’itinéraire pour vous rendre à cet hôtel, vous y serez dans 40 minutes. » Il n’a pas manqué ensuite de me faire savoir l’heure de ma réunion et le chemin à suivre pour y aller. On approche de certaines fonctions de l’agent intelligent de Théo (jusque dans le zèle appliqué à lire les messages à la place de leur destinataire 😉 ). Toutefois, l’usage aussi systématique que dans l’histoire de Théo n’est pas encore généralisée et les applications restent encore assez rudimentaires.

Globalement, comme Eric Delcroix le fait remarquer, ce qui dans mon billet correspond le moins à la réalité actuelle est ce qui concerne le collège de mon jeune cobaye. J’avais bien raison d’écrire : « La plupart des cours se déroulent comme quand les parents de Théo étaient au collège ». Les cours en visio-conférence n’existent pas, à ma connaissance, autrement que sous forme d’expérimentations ici ou là (à vrai dire, je reste très perplexe sur l’efficacité de tels dispositifs). Ce sur quoi je pensais avoir peu de chance de me tromper est sans doute ce qui a le moins évolué depuis 2006 : il s’agit des ENT. Dans ce domaine, rien n’a changé en dix ans : ces systèmes sont ce qu’ils ont toujours été, des usines à gaz, rêves d’ingénieurs de ministère, dont la principale utilité semble être de faire fonctionner l’économie en poussant les collectivités à subventionner à fonds perdus toutes sortes de prestataires (éditeurs de logiciels, intégrateurs, hébergeurs, éditeurs de contenus…). Les avancées sont marginales et portent plutôt sur les infrastructures et le « back office », le côté utilisateur restant laid, peu ergonomique et indigent en termes de fonctionnalités.

Autre point étonnant : alors que les smartphones sont de plus en plus répandus dans la vie quotidienne de chacun, ils ne sont pas entrés dans les établissements scolaires. Que dis-je ? Alors que beaucoup d’élèves sont munis de cet outil qui pourrait leur permettre de faire beaucoup de choses en classe (prendre des notes, photographier des expériences, rechercher des informations etc.), le législateur a pris soin de s’assurer qu’ils ne pourraient pas en faire usage.

Je ne parle pas de tous les amusants dispositifs automatiques destinés à remplacer l’appel en classe, retrouver les élèves égarés etc. Nous en sommes loin (et ce n’est peut-être pas plus mal)…

Ce que je n’avais pas vu

Je suis peut-être pardonnable de ne pas avoir vraiment prévu deux éléments importants de la vie d’un collégien du futur (du présent en tout cas) : les tablettes et les réseaux sociaux.

En ce qui concerne les tablettes, il n’y a rien à dire, elles ne sont en rien différentes d’un smartphone dans leurs fonctionnalités.

Pour les réseaux sociaux, je n’avais pas imaginé leur existence en tant que tels, mais j’avais tout de même envisagé des fonctions qui sont désormais liées à ces outils : savoir quand un contact est à proximité, savoir comment un jeu vidéo est évalué par les autres joueurs, combien de contacts sont connectés à un moment donné etc.

Finalement, avec un peu plus de réseaux sociaux et, peut-être, en agrandissant un peu l’écran du smartphone de temps en temps, pour en faire une tablette (ceci dit, je persiste à penser que le smartphone est un outil très versatile et facile à transporter, beaucoup plus simple à utiliser et à « gérer » en classe), je maintiens à peu près ces prophéties pour l’échéance prévue.

Et vous, comment voyez-vous la vie d’un collégien dans 2 à 7 ans ?

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

La vie d’un collégien du futur : le point sur mes prophéties

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

J’ai décidé d’essayer de redonner vie à ce blog. Mais pour éviter un réveil trop violent à mes lecteurs réguliers, assoupis depuis plusieurs années, je préfère commencer par publier à nouveau un ancien billet, qui a désormais pris un sens tout nouveau.

En effet, à l’heure où on s’interroge de plus en plus sur le sens du numérique en éducation, où, après une phase d’équipement massif et enthousiaste, on commence à se demander ce qu’apportent les TIC à la pédagogie, je trouve intéressant de ressortir ce vieux billet, que j’avais publié en avril 2006, sur la vie d’un collégien dix ou quinze ans plus tard. Ludovia se proposait cette année, dans cette logique de distanciation critique, d’examiner ce qu’étaient devenues les promesses du numérique ; de la même façon, voici mes propres promesses (ou prophéties, disons-le) que je vous propose de reconsidérer 7 ans après (donc avant l’échéance annoncée). Je vous livre donc ce texte dans son état initial (néanmoins expurgé d’un nombre honteusement conséquent de coquilles) et je le commenterai rapidement dans un prochain billet.

La vie d’un collégien dans dix ans (publié initialement le 4 avril 2006)

Il y a quelques mois, j’ai été contacté par une journaliste du magazine pour les jeunes Okapi afin de donner mon avis sur ce que sera la vie quotidienne d’un collégien européen dans dix ou quinze ans. Comme cette journaliste m’a depuis appris que le dossier ne serait pas traité selon l’angle prévu et que ma contribution ne serait pas utilisée, je la publie ici. J’ai pris d’autant plus de plaisir à faire ce petit exercice que j’ai un fils de 2 ans qui sera donc collégien dans 10 ans. Le cartable d’un collégien sera beaucoup plus léger, dans dix ans ; il lui servira à transporter quelques feuilles de papier et de quoi écrire, mais son instrument le plus important sera son téléphone portable, qui ressemblera un peu aux smartphones que nous connaissons et qui aura de nombreuses fonctions : téléphone, bien sûr, mais aussi appareil photo, baladeur MP3, outil de navigation web. Toutes ces fonctionnalités existent déjà sur certains appareils haut de gamme, mais elles seront alors en standard sur tous les téléphones. Surtout, cet appareil comportera deux nouveautés : un système de géolocalisation et un agent web intelligent. Le premier permettra d’identifier le téléphone de manière unique et de le localiser à chaque instant. On pourra ainsi savoir où il se trouve, ce qui empêchera les vols, mais aussi qui permettra de savoir où est son porteur. Les parents du collégien trouveront ce moyen bien pratique pour être sûr qu’il rentre directement en sortant du collège…

L’agent intelligent se chargera d’une foule de petites tâches qui soulageront le collégien : prendre automatiquement des rendez-vous chez le docteur en accord avec son emploi du temps, rappeler les choses importantes sous forme de SMS ou d’appels téléphoniques et trouver toutes les informations utiles au bon moment. On pourra programmer et interroger cet agent par le clavier ou bien par la voix, pour les quelques cas où ce moyen peut être utile.

Voici à quoi pourrait ressembler une journée :

Le matin, Théo est réveillé par une lumière douce et la dernière chanson de son chanteur préféré, qui émanent de son téléphone portable. Après un solide petit déjeuner, il sort de la maison en prenant son sac à dos et son téléphone portable. Dans la rue, il commence à prendre la direction de l’arrêt de tramway le plus proche, quand son téléphone se met à sonner. Il met son oreillette, c’est son agent intelligent qui lui signale que le prochain tramway va passer à l’arrêt dans cinq minutes et que celui d’après ne lui permettra pas d’arriver à l’heure au collège, compte tenu des conditions de circulation de la journée. Théo se met donc à courir ; il arrive juste à temps pour monter dans le tram.

Pour occuper ses quinze minutes de trajet, il demande à son agent intelligent s’il a du travail qu’il peut faire dans les transports en commun dans le temps dont il dispose ; l’agent lui propose de réécouter le texte sur lequel son professeur d’anglais lui a demandé de travailler.

En arrivant au collège, Théo pose sa main sur une sorte d’écran situé à l’entrée de l’établissement. Ce dispositif sert à s’assurer que c’est bien lui qui porte son téléphone, qui est détecté par des capteurs spécifiques (dans les premières années où ce système de détection était utilisé, cette précaution n’était pas prise et certains jeunes avaient trouvé la solution de donner leur téléphone à un copain pour pouvoir faire l’école buissionnière). Il sait que dans le collège, de nombreux capteurs sont présents : dans chaque salle pour s’assurer que les élèves sont bien présents à chaque cours, à l’entrée de la cantine, pour savoir quels élèves ont pris leur repas etc. Si un élève n’est pas détecté à l’entrée au collège ou dans la salle où il doit être, un SMS est aussitôt envoyé à ses parents pour les informer de ce retard ou de cette absence.

La plupart des cours se déroulent comme quand les parents de Théo étaient au collège : un professeur est devant ses élèves. C’est le cas pour les cours de mathématiques, de français, d’histoire géographie, par exemple. Bien sûr, quelques détails ont changé : l’ordinateur installé sur le bureau du professeur (un vieux Pentium IV récupéré dans l’ancienne salle informatique du collège) qui affiche une image sur le tableau interactif, les élèves qui, pour la plupart, prennent des notes sur leur smartphone. Les livres et les documents utiles pour le cours sont stockés sur internet, dans l’espace numérique de travail de l’établissement, et téléchargés à la demande sur les smartphones. Il faut préciser que pendant les cours, les appareils sont dans un mode particulier qui interdit les communications avec l’extérieur et l’accès aux services de loisirs ; ne pas activer ce mode pendant les heures de cours est passible de lourdes sanctions et la plupart des élèves ont programmé leur agent intelligent pour l’activer dès l’arrivée au collège.

D’autres cours en revanche prennent une forme différente : ils sont faits en visioconférence dans une salle spéciale. Là, chaque élève est isolé dans une sorte de cabine, avec un casque et un micro, devant un écran. Les progrès de la technique permettent d’avoir une image et un son d’excellente qualité, assez semblables à ce qu’ils seraient si le professeur était présent physiquement. Les cours dispensés ainsi sont ceux de disciplines rares : langues vivantes peu enseignées, langues anciennes, options peu choisies. Pendant quelques années, par exemple, seuls une dizaine de collèges de France offraient à leurs élèves la possibilité d’apprendre le grec ancien ; heureusement, la mise en place de ce système de cours par visio-conférence a permis de créer de nouvelles options et d’offrir les mêmes choix à tous les collégiens de France, en mutualisant les cours : Théo a choisi d’apprendre le chinois en 6ème et il vient de commencer le grec en 3ème. Le groupe de grec est constitué de 8 élèves vivant dans toutes les régions de France.

L’année de troisième de Théo, l’année scolaire 2017-2018, a aussi vu la création d’un nouvel ensemble d’options dites européennes : ce sont des cours proposés en visio-conférence dans des collèges de tous les pays de l’Union européenne. Au grand dam du professeur de français, beaucoup de ces leçons sont faites en anglais, mais il en existe dans presque toutes les langues européennes. Comme Théo fait de l’anglais depuis l’école primaire et qu’il a eu souvent l’occasion de consulter des documents dans cette langue pour des recherches faites dans le cadre de l’école ou de ses loisirs, il n’a pas de problème pour suivre sa nouvelle option ‘Introduction to 20th century art’ (il aurait préféré prendre ‘Introduction to political science’, mais il a fait ce choix pour être dans la même classe virtuelle qu’Anthony, son ami de Londres). A la récréation, Théo voit sur les écrans plasma fixés aux murs du collège que M. Blondin, son professeur de mathématiques, est absent, il se réjouit car il sortira ainsi à 15h.

Dans la cour du collège, il réactive son portable pour consulter ses messages. Sa mère lui a laissé un message vocal : “J’ai reçu un email m’indiquant que M. Blondin est absent. N’en profite pas pour faire des bêtises.” Théo sourit en pensant à sa mère en train de lire ses courriers électroniques ; il lui a souvent expliqué que c’est un moyen complètement dépassé pour communiquer, mais elle s’obstine à choisir ce mode de réception pour les informations du collège, qui arrivent au milieu des centaines de messages publicitaires. Et dire que chaque message lui est facturé ! Son téléphone sonne, c’est son agent intelligent qui lui annonce : “Puisque le cours de 15h à 16h est annulé et que la nouvelle console ZRZ 2 que tu as commandée est arrivée ce matin, nous pourrions passer la chercher. Toutefois, je ne sais pas si c’est compatible avec la consigne envoyée à 9h53 par ta mère.” Théo affirme que oui et l’agent lui indique qu’une demande de confirmation a été envoyée à sa mère par courrier électronique.

A la sortie, Théo prend donc le chemin de la boutique de jeux vidéo. En route, son agent lui indique qu’il a détecté la présence de son ami Siméon, qui passe à proximité. Il lui envoie un SMS et ils décident de se retrouver au coin de la rue. Dans le même temps, Théo téléphone à Cassandra, une amie qu’il a rencontrée dans un échange avec une école de Bilbao, quand il était en CM1. Il se souvient de l’époque où, quand il avait 6 ans, les communications avec un téléphone portable étaient payantes et que sa mère lui reprochait toujours de passer trop de coups de téléphone à ses amis.

De retour chez lui, il demande à son agent le travail qu’il a à faire pour le lendemain. Celui-ci lui propose une organisation pour faire les différents travaux dans les meilleures conditions, en tenant compte de son état de fatigue, de ses habitudes de travail et de la démarche qui lui convient le mieux : d’abord faire les travaux écrits, puis les leçons à mémoriser, qu’il réécoutera (grâce à un synthétiseur vocal) en prenant sa douche avant de se coucher. L’agent tient aussi compte du fait que Théo a hâte d’essayer sa nouvelle console et commence à télécharger les jeux les mieux notés sur les forums qu’il fréquente.

Après avoir fait son travail, Théo connecte sa console sur son ensemble multimédia. Cet appareil est en fait un petit ordinateur connecté avec des liaisons sans fil à un ensemble de périphériques : clavier, grand écran, haut-parleurs, joystick. Bien sûr il est aussi relié au smartphone, avec lequel il se synchronise automatiquement. D’autres gadgets sont également connectés à cet appareil : une horologe qui projette l’heure au plafond, des compteurs lumineux indiquant combien des amis de Théo sont connectés en ce moment ou le nombre de messages sur son répondeur.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

Le catalogue de ma bibliothèque…

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

J’adore les livres, les vrais livres, ceux en papier. J’ai envie d’en lire, j’ai envie d’en posséder, j’ai envie d’en toucher et j’ai envie de passer du temps dans ma bibliothèque, en particulier en ce moment.

Cela m’amène à fréquenter beaucoup le site d’Amazon, à lire des dizaines de blogs qui parlent de livres, de bibliophilie ou de lecture, mais aussi à vouloir faire un catalogue de mes livres. J’avais, naguère, évoqué sur ce blog le site LibraryThing pour cela, sans suffisamment prêter attention au fait que le compte gratuit ne permet pas d’insérer plus de 200 livres, autant dire rien…

[Entre le moment où ce billet a été écrit sur mon moleskine et le moment où il est dactylographié (n’est-ce pas un mot exquis ?), il s’est écoulé plusieurs semaines le contenu de ce billet a changé. Dans sa première version, il continuait ainsi : “et pour le dire comme je le pense, je ne suis pas disposé, au moins pour le moment, à payer ce service (je ne conteste pas qu’il soit légitime pour le créateur de ce site d’être rémunéré, je dis simplement que s’il n’est pas possible de profiter gratuitement d’un tel service, je préfère m’en passer, dans l’état actuel des choses”.

La nouvelle version est la suivante :]

J’expliquais dans ce billet pourquoi je n’étais pas disposé à payer pour ce service et comment j’en étais venu à tester d’autres services, dont la plupart ne m’avaient pas satisfait, et à choisir d’utiliser Listal. Je détaillais ensuite la procédure que j’envisageais d’adopter pour cataloguer mes livres avec Listal, que je peux résumer ainsi :

– Lecture des codes barres des livres ;

– Recherche du livre dans la base d’Amazon ;

– Importation des informations concernant le livre dans Listal.

Le code barre des livres (pour ceux qui en ont un) correspond à leur ISBN et permet donc de les identifier de façon assez précise.

J’ai fait quelques tests avec une petite application en Flash qui permet de lire des codes barres avec une webcam, avec l’API d’Amazon (ces derniers tests m’ont permis de comprendre pourquoi Listal ne recherche des livres que sur amazon.com et amazon.co.uk : la recherche par ISBN n’est pas possible, dans la version actuelle de l’API, sur les autres sites d’Amazon et notamment sur amazon.fr, même si cette possibilité existe avec des versions plus anciennes), avec les fonctionnalités d’importation de Listal…

Au final, ces tests ont révélé que cette solution serait trop compliquée : la lecture des codes barres, outre quelques petits bugs qui se sont révélés, est difficile et longue. L’utilisation de l’API d’Amazon ne permet pas de rechercher les ISBN sur le site français et l’importation dans Listal est malaisée (il n’est possible d’importer que des fichiers XML produits par l’application Mac de gestion de bibliothèque personnelle Delicious library, format qui n’est documenté nulle part).

Je suis donc retourné voir LibraryThing (d’ailleurs en partie pour préciser le nombre maximal de livres qu’on peut ajouter avec le compte gratuit) et, sur un coup de tête, j’ai pris un abonnement payant pour ce service (25 $ pour un abonnement à vie et, je l’ignorais, 25 $ représentent beaucoup moins que 25 € par les temps qui courent). Ici, l’importation est beaucoup plus simple : je peux téléverser un fichier texte contenant des ISBN, qui sont ajoutés automatiquement à ma bibliothèque (en utilisant amazon.fr qui reste une base à peu près inépuisable pour les livres en français).

J’avais aussi envisagé d’écrire quelques lignes de PHP pour saisir rapidement les ISBN et les inscrire dans un fichier texte, mais j’ai soudain songé que l’application qui permet de saisir un ISBN, puis de presser la touche “Entrée” avant d’en saisir un autre et finalement d’enregistrer tout cela dans un fichier texte, cette application, dis-je, existe déjà et elle s’appelle un éditeur de textes…

Je vais donc occuper une partie de mes congés (qui commencent demain soir) à saisir les livres de ma bibliothèque dans Notepad++ avant de les embougler dans LibraryThing… ce qui est assez différent du scénario initial. Je ne donne pas, pour le moment, l’adresse de ma bibliothèque sur LT, j’attends qu’elle soit plus à jour, mais les petits malins réussiront bien à la trouver.

En outre, je viens de découvrir chez Virginie Clayssen un autre service du même genre qui s’appelle Babelio et qui est nativement francophone, semble-t-il (LT est traduit en français, entre autres langues). Cependant, comme ce service repose sur le même business model que LT, je n’ai pas l’intention de reprendre un autre abonnement à vie (surtout que sur Babelio, il est à 30 €, soit presque le double de ce qu’il est sur LT). Cependant, je le testerai et, toujours fidèle à ma mission d’information de mes lecteurs, je vous dirai ce que j’en pense. ;-)

tags technorati: , , , ,
facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

Pourquoi tous les enseignants devraient utiliser Writely

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

Comme beaucoup de ceux qui s’intéressent au web 2.0, je suis avec curiosité l’actualité de la société 37signals, connue entre autres choses pour avoir créé le framework Ruby On Rails ou l’application en ligne de gestion de projet Basecamp. Je n’ai pas toujours l’usage pour les applications qu’ils diffusent, mais elles montrent souven des concepts ou des méthodologies à la pointe dans le domaine de la création d’applications web. Surtout, cette équipe insiste sur la simplicité et le dépouillement des interfaces et des fonctionnalités, qui paraît être une tendance essentielle de la société actuelle (disons de la société de l’information).

J’ai ainsi été amené à essayer le programme Writeboard pour travailler à plusieurs sur des documents. L’interface est très simple, permettant de faire toutes les manipulations indispensables sur un texte. L’intérêt essentiel, pour moi, était qu’ainsi il est possible de comparer différentes versions du texte, mais aussi qu’il est accessible de n’importe quel ordinateur connecté à internet. Je me trompais sur ce dernier point : l’authentification pour l’accès à ce service se fait une URL compliquée, associée à un mot de passe (partagé par tous les utilisateurs qui ont accès à ce document). Cette méthode relève de la même approche de simplification des interfaces utilisateurs.

La réalité est que lorsque je veux accéder à un document depuis un autre ordinateur que le mien, je ne me souviens pas de l’URL, que je n’ai que dans un mail dans Thunderbird… Bien sûr, je peux transmettre ce message sur mon Gmail… mais je n’y pense pas toujours et l’adresse est différente pour chaque document… Au final, j’ai purement et simplement renoncé à utiliser ce service.

Ensuite, je me suis tourné vers Writely dont l’ambition n’est pas exactement la même (Writely se veut un traitement de texte en ligne). Pour ce qui concerne l’accès, tout est beaucoup plus conventionnel : je vais sur www.writely.com, j’ouvre une session avec un login et un mot de passe, et là je vois une liste de tous mes documents. Comme je me souviens du nom « writely » et que je me souviens assez bien du mien, je suis en mesure d’accéder à n’importe lequel de mes documents de n’importe où ; ce qui est un avantage important (c’est cette fonctionnalité que je recherchais surtout).

Ensuite, je me suis rendu compte que cette application répond à un certain nombre de besoins que j’ai pu avoir ou qu’avaient des collègues que j’ai rencontrés ici ou là.

La première fonctionnalité importante à cet égard est l’import/export depuis et vers la plupart des formats de traitements de texte courants. C’est très utile lorsqu’on reçoit un fichier qu’on ne peut pas ouvrir. Contrairement à ce que l’on dit souvent dans la communauté du logiciel libre, ce problème ne se pose que rarement avec les fichiers Word, quand on n’a qu’Open Office, puisqu’OOo ouvre bien les fichiers .doc ; en revanche, lorsqu’on a un fichier OO sur laquelle seul MS Word est installé (voire, horresco referens, MS Works), le problème est insoluble : on peut naturellement installer OOo, mais il n’est guère possible de télécharger la petite centaine de mégaoctets qu’il représente avec une connexion RTC (qui sont encore courantes dans beaucoup d’écoles primaires) ou même quand on n’a que quelques minutes devant soi. Avec Writely, il suffit de téléverser le fichier et de l’exporter vers un format utilisable !

Une autre utilisation, dans le même ordre d’idées : les enseignants sont souvent soucieux de donner à leurs élèves des documents dans un format standard : le PDF est bien adapté pour cela. Bien sûr OOo permet de créer des PDF, mais il ne faut pas sous-estimer le fait que certains collègues ne savent simplement pas installer un logiciel sur leur ordinateur personnel, sans même parler des politiques de sécurité locales qui n’autorisent pas forcément l’installation de nouvelles applications sur les machines d’un établissement. Writely est là pour eux ! Parmi les formats disponibles pour l’exportation figure le PDF. Il faut préciser que cette fonctionnalité va sans doute devenir payante quand l’application ne sera plus en bêta (c’est du moins ce qui était indiqué il y a quelque temps, avant le rachat de Writely par Google… Est-ce un changement de stratégie ?).

Si l’on ajoute à tout cela la possibilité de travailler à plusieurs (avec notamment une fonctionnalité qui permet d’être informé en temps réel lorsqu’un autre utilisateur modifie le même document en même temps), évidemment la gestion simple des différentes versions et les nombreuses (toujours trop) possibilités de mise en forme de texte, la possibilité de générer une page web et même d’écrire directement sur un blog, je crois que tous les enseignants devraient au poins se poser la question de l’utilisation de ce service.

Si les créateurs de cet outil ne changent pas leur plans dans l’avenir, leur intention est de fournir gratuitement un ensemble assez conséquent de services de base et de permettre aux utilisateurs d’accéder à des fonctionnalités avancées moyennant un abonnement. Ce projet devrait assurer une assez bonne pérennité.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

eduCarnaval 3 : les logiciels sociaux en éducation

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

C’est donc à moi qu’échoit aujourd’hui l’honneur et la responsabilité d’héberger la troisième édition du carnaval des blogs francophones en éducation, sur le thème des logiciels sociaux (social software).

La première question qui se pose, d’emblée, est celle de la définition des logiciels sociaux : l’article (en anglais) de wikipedia, à cet égard, propose une définition assez large en admettant que tout logiciel permettant des échanges entre individus ou groupes d’individus (email, newsgroups…) peut être considéré comme un logiciel social. C’est une approche qui n’est pas absurde, mais que je n’ai pas retenue ici. Cette acception du terme admet les blogs dans les logiciels sociaux. S’il est vrai que les commentaires permettent des échanges, il me semble qu’ouvrir la porte aux blogs risquerait de nous obliger à laisser entrer un peu n’importe quoi (car après tout, quelle différence y a-t-il, en ce qui concerne les modalités de la communication, entre un blog et n’importe quel site web (si l’on fait abstraction des commentaires laissés par les lecteurs) ?)

Mon choix, forcément arbitraire, mais tout de même en accord avec la vision commune, a été de retenir les services en ligne qui valorisent une ‘intelligence collective’ (en particulier ceux qui font partie de ce qu’on est convenu d’appeler ‘web 2.0′). D’ailleurs, toutes les contributions que j’ai reçues correspondaient à cette définition (si quelque chose d’aussi vague peut être appelé une définition).

Une autre question a été de savoir s’il ne fallait retenir que les usages de ces services pour l’éducation ou bien si un billet sur un blog globalement consacré à l’éducation mais traitant de ces sujets d’une façon générale pouvait être intégré. Un échange d’emails avec Margarita Pérez-García m’a aidé à y voir plus clair : dans la mesure où ces outils sont nouveaux, leur adoption par les éducateurs, même hors d’un contexte strictement éducatif, est intéressante à prendre en compte. J’ai donc fait le choix de proposer les billets en deux grandes catégories : les billets écrits par des edublogueurs sur les usages et les réflexions en relation avec les logiciels sociaux hors du cadre de la formation (mais pouvons-nous vraiment cesser d’être des profs en sortant de notre classe ?), puis les billets traitant des usages pédagogiques de ces outils au sens strict.

Les éducateurs parlent des logiciels sociaux

En guise d’introduction à la réflexion générale sur l’utilisation des logiciels sociaux et sur “l’intelligence des foules”, on pourra naviguer dans la catégorie “Intelligence collective” du blog Biotope de Geoffroi Garon qui traite, selon ses propres mots, de “la communication organisationnelle, les communautés de pratique, la communautique, le travail collaboratif, le e-learning, la gestion des connaissances et les technologies de l’information”. On lira également avec intérêt le billet d’Olivier Ertzcheid intitulés Social Web, ainsi que les trois que ce même auteur a écrits sur l’avenir du web, dans un perspective un peu plus générale : Möbius, le web 2.0 et Darwin, Le web deviendra-t-il une base de donnée ? et Web 2.0 ou 2 webs à 0 ? Web 2.0 or 2 webs ? (Chapitre 3)

Pour ma part, je m’étais jadis fait l’écho d’un billet en anglais publié sur Smart mobs qui posait la question des conditions de l’utilité des logiciels sociaux.

Plusieurs édublogueurs ont proposé des catalogues d’outils, parfois sous forme de listes un peu hétérogènes : c’est le cas, par exemple, de François Guité, qui nous offre un billet sur les meilleures applications du web 2.0, ou d’Olivier Ertzcheid qui présente (quelques) Outils de social networking et Le meilleur du Web 2.0.

Viennent ensuite des réflexions ou des présentations sur des outils ou sur des catégories d’outils. La première de ces catégories est sans conteste celle des applications de social bookmarking, des tags et des folksonomies. Dans “Facettes, tags, concrètement, comment faire ?”, Frédéric Lecourbe envisage ce sujet sous l’angle de l’architecture de l’information. Les questions générales relatives au fonctionnement des folksonomies sont également abordées dans les billets suivants : Études sur les folksonomies et un Article étoffé sur les folksonomies (Relief), La sagesse des foules ?, Articles & Notes sur les tags et Le tour du Tag (affordance.info), Communauté de pratique et “social tagging” (Stéphane Allaire) et Lazy sheep et l’accident heureux (l’ancien blog-notes de Ben).

Outre ces réflexions générales sur le système lui-même, beaucoup de blogueurs évoquent un outil en particulier. Ainsi, dans social bookmarking pour scientifiques, le blog Urfist info évoque le service Connotea, application de social bookmarking destinée aux scientifiques. Clipmarks, dont parle François Guité, permet quant à lui d’appliquer cette logique à du contenu multimédia.

del.icio.us est cependant le mieux représenté dans les billets pratiques : Mario Asselin a dit comment il utilise del.icio.us pour conserver une trace de ses commentaires, je me suis interrogé sur une méthode pour prendre des notes avec ce service, j’ai mentionné la possibilité d’utiliser le tag spécial for: pour envoyer des liens à un utilisateur particulier de del.icio.us et Margarita Pérez-García explique comment elle utilise cette fonctionnalité pour maintenir un espace collaboratif des liens pour un projet de recherche, elle expose aussi comment elle utilise del.icio.us pour faire de la veille sur le thème du ePortfolio.

Clément Laberge, soucieux, comme beaucoup d’entre nous le sont, de ce qui se passerait si tous les signets stockés sur del.icio.us disparaissaient, propose une méthode pour faire un backup.

Plus récemment, j’ai évoqué le plugin pour Firefox et je me suis interrogé sur les outils qui pourraient être utiles pour faciliter l’utilisation de del.icio.us, notamment en relation avec un billet publié sur le blog Arkandis et j’ai aussi entrepris d’utiliser un script en python pour publier quelques uns de mes liens sur mon blog wordpress.

Après ce déferlement folksonomique, les autres outils sociaux paraissent bien peu représentés dans l’édublogosphère francophone.

Stéphanie Booth annonce que CoComment, l’outil qui permet de rassembler tous ses commentaires dans un seul endroit, est sorti et elle explique même comment l’intégrer dans son blog.

Patrick Giroux parle de Writely, le traitement de texte en ligne, Romain, sur le blog d’Emob, évoque Vyew, un tableau blanc interactif (François Guité aussi ), ainsi que Thumbstacks, qui permet la création et le partage de présentations en ligne. François Guité parle aussi de 3Bubbles, une extension à ajouter à un blog, qui permet de chatter (François dit clavarder) au sujet du contenu de ce blog. Jean Véronis raconte son utilisation de Mon web de Yahoo pour garder une trace de ses lectures et j’ai fait part de mon intérêt pour Library Thing, qui permet de faire l’inventaire de sa bibliothèque et de partager des informations sur les livres.

Utilisation pédagogique des logiciels sociaux

Si les liens précédents ne sont pas spécifiques à la question de l’éducation et de la formation, ils montrent néanmoins que les édublogueurs francophones s’intéressent beaucoup à ces applications sociales et à leur évolution. Evidemment, la question se pose aussi de l’incidence que ces outils, ou que les tendances dont ces outils sont les révélateurs, peuvent avoir sur le monde de l’éducation.

Comme le rappelle Geoffroi Garon, l’importance de l’apprentissage informel, c’est-à-dire celui qui se fait hors des cadres de formation institutionnels a souvent été évoquée et l’échange avec des collègues ou des condisciples est un des modes privilégiés de cet apprentissage. Comme le rappelle François Guité, en évoquant les propos de Deneen Frazier, les jeunes qui ont toujours vécu avec internet (les digital natives) n’ont pas les mêmes façons de se comporter, d’appréhender le monde… et en particulier n’ont pas les mêmes façons d’apprendre que leurs aînés. Dès lors, il est naturel qu’une nouvelle façon d’apprendre apparaisse, qu’on peut appeler, avec G. Siemens, connectivisme (chez François Guité) et qui fait de l’homme un réseau pensant (je dois dire, et ce sera la seule fois dans ce billet où je me départirai de la voix impassible et impartiale de l’éditeur ;-) , que cette expression me donne les larmes aux yeux tellement j’aurais aimé la trouver). On peut aussi parler des connaissances connectives (chez Mario Asselin). De cette nouvelle vision du processus d’apprentissage, il est normal qu’émerge une nouvelle approche des méthodes d’enseignement : c’est ce que Stephen Downes appelle e-learning 2.0 et qu’évoque Geoffroi Garon.

Dès lors, les outils et les technologies qui permettent les échanges et le travail collaboratif en ligne prennent tout leur intérêt pour la formation.

Margarita Levasseur, enseignante de français langue étrangère à Plainfield South High School, aux Etats-Unis, a franchi le pas et utilise Flickr, Vimeo et del.icio.us avec ses élèves. Je lui ai fait une petite place sur mon blog pour qu’elle raconte ses expériences et ses interrogations.

Jean-Baptiset Soufron, quant à lui, apporte un témoignage très intéressant sur l’utilisation d’un wiki pendant une présentation à laquelle il a assisté à la Harvard Law School.

Ensuite, nous avons des réflexions sur l’utilisation pédagogique des folksonomies : François Guité fait part de ses remarques dans son billet “Utilisation pédagogique des tags socionomiques”. Dans le même ordre d’idées, Margarita Pérez-García et Antoine Bidegain voient dans cette approche, sous la forme de systèmes de classification distribués, un moyen de faciliter la portabilité, le partage et la réutilisation des ressources pédagogiques.

Le logiciel de téléphonie Skype semble lui aussi beaucoup stimuler l’inventivité pédagogique des enseignants et formateurs : Thierry Klein, sur le blog de Speechi, nous rappelle que l’usage de Skype est de plus en plus important dans le domaine de l’éducation et que de nombreux outils éducatifs intègrent les fonctionnalités de Skype. Nico, sur le blog Azimuts, suggère d’organiser une sorte de ‘café-elearning’ sous forme de réunions régulières par Skype.

Parmi les outils de elearning intégrant Skype dont il est question dans le billet de Speechi, figure Nuvvo, le LMS en ligne gratuit, qui lui aussi a fait couler beaucoup d’encre sur les blogs… Il est mentionné par Fédéric Lecourbe sur le blog Ergopôle et Isabelle Dremeau, sur e-learning Bretagne, donne des détails sur son fonctionnement et sur son modèle économique. Romain, d’Emob, après avoir présenté lui aussi cette plateforme, offre également une interview des dirigeants de la société Savvica, qui l’édite.

Pour poursuivre avec quelques réflexions sur divers outils sociaux, mentionnons le billet dans lequel le même Romain (décidément !) nous explique Pourquoi le concept de “Yahoo! Answers” est intéressant…, Clément Laberge fait part de remarques très intéressantes sur 43 Things et l’apprentissage et Isabelle Dremeau présente Yackpack, un service qui permet l’enregistrement, l’envoi et l’écoute de messages vocaux, un outil qui devrait intéresser les enseignants de langue, notamment.

Dans tous les billets que je viens d’évoquer, ce sont surtout les points positifs des logiciels sociaux qui sont mis en exergue. Une voix discordante s’élève cependant par la voix de Philippe André qui explique sur le blog Ilias France pourquoi il reste très réservé sur l’utilisation de ces outils avec ses élèves.

Pour aller plus loin
Pour terminer, quelques adresses en vrac de sites dont le thème est lié à celui de cette version d’EduCarnaval, mais qui n’y figurent pas directement, soit parce qu’ils ne traitent pas particulièrement d’éducation, soit parce qu’ils ne sont pas en français.

Sur la définition et les enjeux des logiciels sociaux et du web 2.0, on pourra lire avec profit le billet de Geoffroi Garon qui synthétise les meilleures explications et définitions du web 2.0, ainsi que le billet La coordination des groupes publié sur le site Internet Actu de la FING. Ce site est d’ailleurs une bonne source pour se tenir informé de ces questions et trouver des analyses des problèmes posés.

Pour suivre l’actualité des services web 2.0 et des logiciels sociaux (parmi beaucoup d’autres) :

Sur l’utilisation des logiciels sociaux pour l’éducation :

La prochaine édition d’EduCarnaval sera hébergée par Patrick Giroux, professeur au département des sciences de l’éducation et de psychologie de l’Université du Québec à Chicoutimi et auteur du blog PédagoTIC. Elle portera sur la formation des enseignants à l’égard des TIC.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

Sites web sociaux en éducation: comment peut-on les utiliser?

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

[Note de Benoit Lacherez : Aujourd’hui, pour la première fois, j’ouvre mon blog à une collègue : Margarita Levasseur enseigne le français langue étrangère à Plainfield South High School, à Plainfield, Illinois. L’année passée, elle a gagné une bourse de l’Association Américaine des Professeurs de Français (American Association of French Teachers) et du Ministère des Relations Internationales du Québec. Elle cherche toujours à faire la meilleure utilisation possible des TIC dans sa classe et en particulier, elle utilise internet comme un moyen de montrer des utilisations pratiques de la langue française et comme une ouverture sur le monde. Elle utilise Flickr (http://www.flickr.com/photos/margarita1211 ) et del.icio.us (http://del.icio.us/marlev )
Margarita avait des choses intéressantes à dire sur le thème de l’EduCarnaval du mois prochain, je lui ai donc proposé de les écrire ici. Voici donc son expérience, ses réflexions et ses interrogations sur l’utilisation des logiciels sociaux en éducation.]

L’utilisation des logiciels sociaux en éducation : une vue de Flickr , Vimeo, et de del.icio.us

Pendant ces dernières deux ou trois années, quelque chose que j’ai découvert sur Internet était les sites web dédiées comme logiciels sociaux. Je mets les devoirs pour mes élèves sur un site web grâce à Blogger et j’ai un lien depuis mon site web professionnel. En fait, cette année, après être rentrée du Québec, j’ai decidé de créer un site web photographique pour montrer le grand nombre de photos que j’ai prises à une autre professeure avec qui j’ai collaboré sur une présentation professionnelle pour un déjeuner à une conférence de professeurs de langues étrangères. Après l’avoir utilisé je vous avoue que je suis maintenant une vraie addicte de Flickr, ainsi que des blogues et des sites web éducatifs (je les lis régulièrement). En suivant les liens que j’ai vu sur Educarnaval, pour d’autres sites que je connais, et je peux en parler le mieux que je puis.

J’ai appris l’existence du site web Flickr dans un article du magazine Time. Le site web Flickr (http://www.flickr.com) est décrit par Salon.com comme « the world’s visual playground »; « Wonderfully impressive » par PC magazine; et « Completely addictive » par Time magazine. Ces citations sont absolument correctes. Comme les professeurs doivent chercher des photos pour utiliser en classe, Flickr et d’autres comme du même genre — comme Zoto, Fotoblog, Smugmug, Pbase, and Fotki– fournissent une occasion de chercher des photos qu’on peut utiliser en classe sans peur d’enfreindre des lois sur les droits du copyright. Il y a des personnes qui montrent gratuitement leurs œuvres. Il y a des personnes qui l’utilisent comme un album virtuel de photos, donc on voit des photos des fêtes familiales, des vacances, et les choses comme ça. On voit aussi des photos des personnes qui l’utilisent comme une galerie photo en ligne. Alors, comme professeur de français langue étrangère, je fais beaucoup de Power Points pour apprendre le vocabulaire. Ainsi, si j’ai besoin de photos de pommes, je peux saisir le mot « pommes » et je reçois 1 757 pages de photos de pommes! Et bien sûr, comme je fais des leçons sur la ville de Québec, Paris, Poitiers, et Abdijan, je peux saisir les noms de ces villes-ci et voilà beaucoup de photos. De plus, on peut saisir le nom des monuments, donc c’est très utile pour les profs de géographie, d’histoire, et d’autres sciences sociales.

Sinon, on peut mettre quelque chose de très général comme « anniversaires », « Noël », « printemps », ou n’importe quoi, et on peut trouver des photos. Quelle bonne façon de montrer des traditions autour du monde ! Mais il y a plus : si on clique sur le nom du / de la photographe, on peut trouver des choses intéressantes. Par exemple, sur le site web de Visual Grammar , il y a une photo d’une réaction chimique avec un concombre, donc c’est utile pour un(e) prof de sciences. En fait, il y a beaucoup de photos des musées de sciences autour du monde! C’est utile aussi pour des profs de maths. Si on a besoin de photos des fractales ou des exemples de symétrie, les voilà! Pour les professeurs de DPS, il y a des photos de drogues (sans blague). Tout ceux qui attendent la naissance d’un bébé mettent leur échographie sur Flickr. Evidemment, ce site web est aussi utile pour des profs d’arts, parce qu’il y en a beaucoup à trouver. Il y a des photos de beaucoup de musées, de points d’intérêt, de paysages, de la nature, et de la vie quotidienne, donc les possibilités pour l’utilisation de ce site web en classe sont énormes.

Si on devient un membre de Flickr, on peut se joindre aux groupes d’interêts spéciaux. Dans ces groupes, on partage ses photos. Il y a des groupes comme « France : 3 photos par jour »; « Québec pix »; et cetera. Il y a un groupe ici qui cherche des personnes pour partager leurs photos comme clip art. C’est très pratique car de temps en temps, on a besoin d’une photo de quelque chose que Microsoft ne peut pas donner, comme des trombones ou des pince-notes ou une personne qui bavarde sur un portable. L’autre avantage de l’abonnement à Flickr auquel j’ai pensé est qu’un(e) prof peut créer des exemples sur un site web pour les élèves à consulter de chez eux ou un tour virtuel d’une ville à l’étranger. Le/ La prof peut montrer des exemples ou des photos et écrire des notes ou des questions, et les élèves peuvent laisser des commentaires ou écrire quelque chose sur la photo à condition qu’il/elle leur donne son nom d’utilisateur et son mot de passe. (Seuls les membres peuvent laisser des commentaires) Avec mes photos de Paris ou de Québec, mon but pour l’année prochaine est de scanner des photos d’un appareil-photo normal pour ajouter à celles que j’ai prises avec mon appareil-photo numérique et de créer un autre compte sur Flickr. Je les téléchargerai vers le serveur pour qu’ils puissent faire un petit tour de ces villes en classe ou de chez eux.

Grâce à Flickr, et en y regardant des photos, j’ai appris le nom d’un site web qui s’appelle Vimeo (http://www.vimeo.com). C’est la même chose que Flickr, mais il est spécialisé en vidéo gratuite! Alors, comme je viens de le connaître, je pense à comment on peut l’utiliser. La première chose à laquelle je peux penser c’est l’utilisation de ces vidéos dans un Power Point pour montrer un endroit ou pour montrer une scène et demander aux élèves d’écrire une rédaction sur ce qu’ils ont vu. Si on ne veut pas de son, on peut l’éteindre. Ce que je me demande est si on peut éditer ses vidéos avec Microsoft Movie Maker pour n’avoir que ce qu’on veut. De plus, un(e) professeur pourrait l’utiliser pour mettre sur Internet des vidéos d’activités qu’on fait en classe. Cependant, il faut faire attention aux politiques et règles pour l’utilisation de cette façon. Beaucoup de systèmes scolaires, comme le mien, ont des règles sur l’utilisation d’images des élèves sur Internet. Comme je l’ai dit, c’est quelque chose que je viens de découvrir donc peut-être dans l’avenir je pourrais écrire à ce sujet.

Comme je l’ai dit, je lis des blogues. Sur des blogues qui concernent l’éducation, j’ai entendu parler d’un site web qui s’appelle del.icio.us. (http://del.icio.us) Je dois avouer que je gouguele le nom avant d’y aller (j’ai peur de ne pas mettre les points dans la bonne position et d’arriver sur un site web inapproprié ou pornographique) Alors, ce que j’ai découvert sur ce site web c’est que je trouve des trésors. Après m’être abonnée à ce site, j’ai entré des sites web que j’aime bien et que j’utilise, et puis j’ai vu le nombre de personnes qui les utilisent aussi. En suivant ce lien, j’ai vu les noms des personnes, et j’ai suivi leurs liens et j’ai trouvé d’autres choses pour moi-même. J’adore ce site web parce que maintenant, je ne dois plus m’envoyer les liens par courriel. J’ai un endroit où je peux les garder tous.

Ce qu’on peut faire avec ce site web c’est créer un compte pour un département où tous les profs peuvent contribuer leurs liens préférés et ils peuvent les partager pour trouver des ressources à utiliser en classe. Un(e) prof peut partager ses liens sur un site web avec ses élèves. Dans une école, on peut créer un site web des liens utiles pour toute l’école ou pour des comités dans l’école. Bien sûr, comme beaucoup d’écoles ont leurs propres sites web, on peut mettre des liens pour les parents. Alors, les possibilités sont interminables et on peut partager beaucoup de choses et apprendre beaucoup d’informations grâce à ce site web.

L’Internet maintenant est comme la télévision pendant les années 50 et 60. Il est tout à fait une arène de connaissance et une porte sur le monde. Cependant nos élèves ne le connaissent pas trop bien. Comme ils connaissent bien les sites web qui sont plus pour l’amusement que l’éducation, c’est à nous – les professeurs, les administrateurs, et les bibliothécaires, même ceux qui travaillent dans des industries liées — de mieux le connaître et de découvrir des outils utiles à utiliser en classe. Flickr, par exemple, est une bonne façon pour leur apprendre le droit d’auteur quand ils font un projet. De même, il faut leur montrer les sites web où on peut trouver les actualités, et de la bonne information, mais en même temps, il faut leur montrer comment utiliser l’Internet de façon responsable comme un outil pratique et informatif. Sinon, on risque de le laisser devenir une vaste terre en friche donc il est très important que nous le connaissions bien pour que nous puissions les guider pendant toute leur scolarité.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

Création d’une balise personnalisée avec pmWiki

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

J’ai déjà parlé ici de mes tests de quelques applications de wiki. A la suite de ces tests, nous avons retenu pmWiki pour mettre en place le site du projet Mobikid . Afin de faire apparaître un nuage de tags correspondant aux tags du compte del.icio.us du projet , comme ceci :

nous avons été amenés à nous poser la question d’insérer du HTML dans le wiki. Naturellement, pour de nombreuses raisons, en particulier liées à la sécurité, il n’est pas possible d’écrire directement du HTML dans une page de wiki, il fallait donc trouver une autre solution.

Cette autre solution était de créer une balise personnalisée. La démarche est simple : je définis dans le fichier config.php situé dans le répertoire local de PmWiki la balise (:delicious:) et par la suite, toute occurrence de cette chaîne dans le wiki est remplacée par le code HTML.

La définition de nouvelles balises est expliquée ici en français. On utilise pour cela la fonction Markup() qui fonctionne selon le prototype suivant :

Markup($name,$when,$pattern,$replace)

Le premier paramètre est un nom unique donné à la règle, le deuxième définit quand la règle doit être appliquée (par rapport aux autres règles).

Le troisième paramètre définit une expression régulière, qui est remplacée selon le motif du dernier paramètre. Dans le cas d’une balise simple comme la nôtre où le texte est constant, il suffit d’une expression comme /\(:delicious:\)/e et d’une chaîne de remplacement également fixe. Au final, la ligne suivante ajoutée au fichier config.php fonctionne très bien :

Markup('delicious',
'directives',
'/\(:delicious:\)/e',
"Keep('<script type="text/javascript"
src="http://del.icio.us/feeds/js/tags/mobikid?
size=12-38;color=87ceeb-0000ff">
</script>')");

tags technorati: ,
facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

Appel à contributions pour eduCarnaval 3.0 : les logiciels sociaux en éducation

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

C’est donc moi qui vais héberger la troisième édition d’eduCarnaval, le carnaval des blogs francophones traitant d’éducation. Le thème qui a été choisi est celui de l’utilisation de logiciels sociaux (social software) en général dans le domaine de l’éducation et de la formation : si donc vous avez écrit des billets sur l’utilisation de del.icio.us, de Flickr, de Netvibes, de LibraryThing ou de Writely dans un contexte de formation, écrivez-moi !

Si vous avez écrit sur le elearning 2.0, sur les tags ou les folksonomies en éducation, sur le connectivisme, écrivez-moi !

Si au contraire vous êtes hostile ou réservé sur ces approches et leur opportunité dans un contexte pédagogique ou si vous restez fidèle à un outil ‘web 1.0′ qui vous semble mieux répondre aux besoins de l’enseignement et de la formation,
écrivez-moi !

Naturellement, vous pouvez aussi me signaler des billets sur ce thème qui vous ont intéressé, même si vous ne les avez pas écrits.

La démarche est simple : envoyez-moi par courrier électronique le titre et l’URL du billet que vous voulez me signaler, avec un bref commentaire. Vous pouvez aussi signaler le billet sur BlogCarnival. Vous avez jusqu’au 25 février.

D’autre part, si vous avez écrit un billet dont vous êtes particulièrement satisfait, même s’il ne traite pas du thème de ce mois, écrivez-moi aussi.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

On reparle de Flock

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

Je vois que depuis le mois de décembre, on reparle pas mal de Flock, notamment parce qu’il est controversé. Je vous rappelle que ce navigateur est un Firefox modifié pour offrir d’emblée des fonctionnalités ’sociales’ : rédaction de blog, signets collaboratifs, accès facilité à flickr…

Après l’avoir essayé, j’avais fait la même constatation que beaucoup : c’est intéressant, mais un peu limité, notamment parce que toutes les extensions de Firefox ne fonctionnent pas avec Flock (et en particulier, pas celles que j’utilise habituellement…). C’est toujours le problème des ces solutions toutes prêtes (que ce soit pour les systèmes d’exploitation, pour les navigateurs web ou pour n’importe quoi d’autre) : c’est facile au début parce que tout marche tout de suite, mais le jour où l’on veut modifier ou ajouter quelque chose, ça devient un enfer…

Je ne veux pas dire que Flock soit un enfer, je l’ai peu testé et surtout, il était alors (et il est toujours) dans une version ‘developer preview’ qui laisse penser qu’il va singulièrement s’améliorer à l’avenir.

Un des développeurs de cet outil a exposé le projet qui le sous-tend :
Revving a classic cliché at FactoryCity

Par ailleurs, Jeremy Chone a également écrit un billet sur cette question.

Ces discussions me rappellent une conversation que j’ai eu souvent avec Antoine Bidegain sur l’ergonomie des applications et l’impact d’une solution toute prête sur l’utilisation d’un produit.

Je pense que des produits ’spécial débutants’ ne font qu’accroître la fracture entre ceux qui savent et les autres : bien sûr, si l’utilisateur débutant a un outil qui fait tout ce dont il a besoin d’emblée, il est satisfait, mais il risque de ne jamais avoir une utilisation experte de l’informatique, faute d’outil adéquat. En revanche, s’il utilise le même outil que l’expert, mais dans une version qui le rend plus facile à utiliser (avec moins d’options, avec des systèmes pour l’aider…), il pourra, petit à petit et à son propre rythme, apprendre davantage et utiliser mieux les outils dont il dispose.

Dans cette perspective, même si Flock me semble être un très bel outil, en particulier parce qu’il pose le problème du ‘navigateur web social’ (le ‘web 2.0 browser’ en quelque sorte ;-) ), je ne suis pas sûr que je le conseillerais, au moins dans son état actuel, à ma mère ou à un autre utilisateur débutant…

tags technorati: , , ,
facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

Installation de TikiWiki

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

Prérequis

Voir http://doc.tikiwiki.org/tiki-index.php?page=Requirements+and+Setup

  • PHP 4.1 ou +
  • MySQL (ou autre SGBDR)
  • Optionnel : GD library > 1.5 ou ImageMagick, GraphViz pour le plugin WikiGraph, pour recherche plein texte MySQL 3.23.23 ou +, pour la rechercher booléenne, MySQL 4.0.1 ou +, pour le webmail, PHP 4.2 ou +, pour la génération de PDF, paquet php-xml (un message d’erreur au sujet de utf8_decode() indique l’absence de ce paquet), pour les cartes, Mapserver 4.6 ou +

(voir aussi sur la page citée plus haut les paramètres à modifier dans les config de PHP, Apache et MySQL)

Installation
(procédure décrite sur http://tikiwiki.org/tiki-index.php?page=InstallTikiDoc )

  • Décompression du tarball
  • Lancement du script shell setup.sh : ./setup.sh utilisateur_apache groupe_apache
  • Normalement, il faudrait lancer le script d’installation tiki-install.php, mais j’ai une erreur 500… -( Je réessaierai plus tard pour le cas où le problème viendrait de l’hébergeur.
tags technorati: ,
facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail
Older posts